Mon avis sur le blocage de la publicité par Free

J’ai émis quelques tweet en fin de semaine et ce week-end sur cette affaire du blocage de la publicité, mais j’ai envie de mettre mon grain de sel aussi sur ce blog. Ce sera la première fois je crois que j’écris deux articles le même jour (d’habitude la fréquence de publication passe rarement sous le mois). Mais j’avais déjà écris sur le sujet des bloqueurs de pub ici.

niel

Pour aller droit au but, ma position est que je suis déçu par l’attitude de Free. Client depuis 1999 je crois (14 ans), j’ai toujours soutenu cette société qui apporte toujours plus pour toujours moins cher. Le lancement de Free Mobile m’a conforté dans mon admiration pour Iliad et Xavier Niel, même si je n’ai pas fait l’erreur de changer d’opérateur (je laissais un an d’avance aux premiers clients pour essuyer les plâtres … faut pas déconner).

Mais cela fait plusieurs fois que je peste sur le bridage de Youtube. Il est impossible de regarder paisiblement une vidéo le soir, et même en journée ce n’est pas fluide. Comme il est évident que cette mesure de rétorsion sert à faire pression sur Google, je n’apprécie pas de servir de bouclier humain à Free dans cette croisade pour arracher son sac à cette société américaine (qui par ailleurs me rend de nombreux services).

Et puis donc, cette affaire de blocage de la pub par défaut dans les Freebox arrive. Là encore, la subtilité n’est pas la plus grande qualité de Xavier Niel. On s’attaque franchement à Google. Mais pour ce faire, on attaque surtout 3 autres populations, victimes collatérales de ce coup de force digne de l’Amiral Général Aladeen :

  • Les éditeurs de sites (gros et petits) qui vivent de la pub,
  • Les commerçants et revendeurs qui payent de la pub pour avoir des clients (oui on ne pense pas assez souvent à eux dans cette histoire),
  • Tous les gens (agences, régies, consultants) qui vivent de la pub.

On est loin du Xav Niel s’attaquant aux gros bonnets d’Orange et de SFR qui se gavaient sur le mobile. On parle de toute une profession de petites boites, voir de très petites boites, qui permettent aux internautes de profiter de contenu gratuitement grâce à la publicité. Tout comme Eric Dupin, j’ai lu de nombreux arguments pro-blocage, je vous laisse lire son excellent billet qui les contredit un à un.

Xavier Niel a (peut-être) le droit de bloquer la publicité mais cela n’en fait pas une bonne décision pour autant. Personnellement j’ai décidé de changer d’opérateur, probablement pour OVH ADSL. Je ne vois ce qui me retiendrait chez Free. Et si demain Xavier Niel décide de bloquer quoi que ce soit d’autres ? J’aime Google et ses services, et j’aime aussi leur attitude face à cette crise. Au contraire Free me montre un côté detestable : celui de la censure, du chantage et de la pression sur toute une population qui n’a rien demandé à personne. Si je devais choisir entre Free et Google, je choisirais Google comme 90% des freenautes (source : le fait que les français sont 95% à utiliser Google).

Mais ce coup de force un peu honteux de Free (qui remballe sa mesure ce matin visiblement) montre autre chose, que finalement nous avions collectivement tendance à occulter : la vulnérabilité du modèle de la publicité sur internet. En effet, les bloqueurs de pub sont très populaires : avant que Google ne change complètement la page d’accueil des extensions Chrome (pour que ça ne se voit pas trop), AdBlock était l’extension la plus téléchargée pour ce navigateur.

Nous devons donc prendre acte de cette réalité. Que soit une société malveillante, comme l’a été Free, qui mette en danger ce modèle ou que les bloqueurs de pub deviennent une réalité universelle, la pub telle que nous la connaissons sur le web est en danger.

Quels sont les modèles qui vont peu à peu prendre de l’ampleur et remplacer les bonnes vieilles bannières ? Les publi-rédac et autres billets sponso ? Les pré-roll sur les vidéos ? Le fameux inbound marketing ?

Peut-être aussi faut-il de nouvelles technologies pour forcer l’affichage des pubs malgré les bloqueurs ?

Enfin, pour être parfaitement honnête, l’industrie de la pub et les éditeurs payent aussi leur excès. Qui n’a jamais pesté sur ces pubs Flash qui mettent des plombes à s’afficher, ne veulent pas disparaitre et font ralentir l’ordinateur ?

Quoi qu’il en soit, le fait que cette réflexion forcée sur la publicité a un caractère intéressant, n’enlève rien au caractère scandaleux et franchement décevant de ce blocage obligatoire décidé unilatéralement par Free. Une société qu’on aurait pourtant aimé pouvoir continuer à soutenir et à admirer.

6 réflexions au sujet de « Mon avis sur le blocage de la publicité par Free »

  1. Ce qui serait beau, c’est d’avoir une option dans un AdBlocker qui accepte par exemple 3 pavés de pub par page, mais refuse les pubs intrusives (celles qui s’affichent par dessus la page…) et l’excès de pub. Un bon compromis qui ferait chuter en flèche les résultats des pubs génantes, ce qui pousserait tout le monde à réduire la voilure.

    D’ailleurs je me suis fait cette réflexion : le fait que les éditeurs augmentent le nombre de pubs et diminuent leur « qualité » n’est il pas la conséquence (entre autres) d’une hausse des adblockers, pour atteindre la même rentabilité ? Dans ce cas, si Free avait conservé cette mesure, nul doute que les gens chez Orange et autres auraient vu le nombre de pub augmenter… etc etc…

    1. Oui tout à fait. Il est clair que les pubs contextuelles type Adsense / Adwords ne sont pas réellement ni intrusives ni pénalisante. A l’inverse les grosses merdasses en Flash pourrissent la vie de tout le monde. Vivement les adblockers sélectifs :)

  2. Le problème c’est que la boîte de Pandore est ouverte ; c’est juste que Free à eu l’honneur (sic) de l’ouvrir.

    Le problème pour l’internaute moyen et éduqué (ceux qui expliquent vraiment pourquoi ils changent d’opérateur) c’est une fuite en avant vers le prestataire le plus respectueux de la neutralité du net (lire: le moins bloquant).

    J’en blaguais vendredi pendant le débat AdGate en faisant remarquer que ce blocage deviendrait peut être un argument de vente pour les opérateurs d’accès à Internet. Imaginons des pubs FAI d’ici 2 à 3 ans:
    « Chez Orange, que des pubs de qualitay, garanties 100% sans spoofing DNS – attention, peut contenir des traces de Google »
    « En 2014 UFC Que Choisir nous a trouvé moins ripoux que Free/SFR et Bouygues »

    En attendant, personne n’a de réponse concernant le modèle économique à adopter pour éviter le tout-publicité :(

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>